Manifestations 

Date: 13 mars 2015
Lieu: universités diverses
Organisateur: universités diverses

Appel aux universités – Journée sur les cellules souches 2015

Chaque année, UniStem, un centre dédié à la diffusion d'informations sur les cellules souches basé à Milan, organise un événement sur le sujet à l'intention des lycéennes et lycéens. Lors de l'édition 2014, 47 universités d'Italie, d'Espagne, d'Irlande, de Suède et du Royaume-Uni y ont pris part simultanément. La préparation pour la tenue de l'édition 2015 est en cours, et l'équipe d'UniStem cherche de nouvelles universités prêtes à participer à cet événement spécial. Pourquoi pas la vôtre?


16./17.9.2013
Lieu: Berne
Organisateur: PNR 63

Troisième rencontre "Progress Report" du PNR 63 à Berne

"Très impressionnant!" Telle est la conclusion de Michael R. Rosen, membre du comité de direction du PNR 63, au sujet des avancées réalisées au sein d`onze projets de recherche encore en cours. Durant deux jours, les doctorant-e-s et postdoctorant-e-s ont présenté leurs résultats sous la forme de posters et de brefs exposés.

Tous les groupes de recherche ont en effet livré des résultats passionnants issus des recherches réalisées au cours des trois dernières années. En témoigne également la longue liste des publications du PNR 63, qui recense actuellement 54 travaux, avec des publications dans des revues de renom telles que Science et Nature.

Sheila MacNeil et Davor Solter, deux des six membres du comité de direction présents lors de la manifestation, étaient les orateurs principaux. Né à Zagreb et basé aujourd’hui à Singapour, Davor Solter a jeté un regard rétrospectif sur sa longue carrière de chercheur. Il étudie les interactions génome-protéines nécessaires au développement normal des embryons de souris et cherche à comprendre les conséquences du manque de certaines protéines importantes. Dans ce cadre, ses travaux portent tout particulièrement sur la méthylation de l’ADN, un procédé qui permet d’enclencher et de déclencher les gènes à la manière d’un interrupteur.

Sheila MacNeil a livré quant à elle un aperçu du monde du "tissue engineering". Dans ce cadre, elle a présenté les différentes méthodes qui permettent de produire de la peau destinée à la greffe, un défi crucial pour soigner des patientes et patients tels que les grands brûlés. Si d’importants progrès ont été réalisés dans ce domaine au cours des dernières décennies, les recherches sont encore loin de pouvoir proposer une "vraie" peau aux personnes concernées. Elle a en outre montré que les méthodes du "tissue engineering" ont également été appliquées à d’autres domaines, par exemple pour les personnes victimes de lésions cornéennes à la suite d’un accident chimique par exemple.

Les techniques appliquées ont ainsi permis d’enregistrer d’excellents résultats en matière de régénération de la cornée. Des résultats prometteurs ont également été obtenus chez des patientes et patients diabétiques souffrant de problèmes de cicatrisation des plaies. Enfin, des recherches sont en cours afin d’élaborer de nouveaux tissus pour les femmes souffrant d’une faiblesse du plancher pelvien.


29./30.5.2012
Lieu: Berne
Organisateur: PNR 63

Deuxième rencontre "Progress Report" du PNR 63 à Berne

La deuxième rencontre "Progress Report" du Programme national de recherche "Cellules souches et médecine régénérative" (PNR 63) s’est déroulée à Berne les 29 et 30 mai 2012.

À cette occasion, les groupes de recherche ont présenté leurs résultats de l’année passée et discuté avec les autres scientifiques. Les présentations ont pour la plupart été réalisées par des chercheuses et chercheurs de niveau postdoc ou des doctorant-e-s, dans le but d’encourager la relève. Tous les membres du comité de direction du PNR 63 étaient présents, dont Elizabeth J. Robertson, professeur à l’Université d’Oxford, qui était mardi l'oratrice principale sur le thème du développement embryonnaire des souris.

Mercredi, l’orateur principal était Martin Graf, responsable du groupe de recherche sur les cellules souches de Roche à Bâle. Il a décrit l’évolution des travaux sur les cellules souches depuis la création du groupe il y a trois ans au sein de la société pharmaceutique, les collaborations qui se sont mises en place pendant ce temps et les projets en cours.

La journée de mercredi était par ailleurs consacrée aux problématiques éthiques et juridiques du don de cellules souches. Après une introduction d’Olivier Guillod, membre du comité de direction et professeur à l’Université de Neuchâtel, Simone Romagnoli, Peter Bürkli et Jürg Halter ont fait le point sur l’avancée actuelle de leurs travaux au sein du PNR 63.

Bernard Thorens, président du comité de direction, s’est montré très satisfait de ces deux journées de rencontre en déclarant: "De nombreux projets enregistrent des progrès intéressants. J’ai particulièrement apprécié les discussions très animées suscitées par les présentations."


23./24.05.2011
Lieu: Centre suisse des paraplégiques, Nottwil
Organisateur: PNR 63

Rencontre «Progress Report» des groupes de recherche du PNR 63 «Cellules souches»

Les 23 et 24 mai s’est déroulée la première rencontre «Progress Report» du Programme de recherche national «Cellules souches et médecine régénérative» (PNR 63) au Centre suisse des paraplégiques de Nottwil.

L'objectif de la rencontre a consisté pour les douze groupes de recherche à présenter les avancées réalisées au cours de l’année passée et à renforcer le dialogue entre les parties concernées. Parmi les invités se trouvaient non seulement les responsables des groupes de recherche, mais également les doctorants et les postdocs.

Bernard Thorens, président du comité de direction du PNR 63, se félicite de la rencontre et de la manière dont le programme s'est déroulé jusqu'à présent: «Nous sommes sur la bonne voie. Certains projets de recherche présentent d’ores et déjà des résultats prometteurs.»

Outre les présentations des groupes de recherche, deux conférences étaient au programme: Michael Rosen, membre du comité de direction et professeur à l’Université Columbia de New York, a fait le point sur les possibilités offertes par le stimulateur cardiaque biologique. Robert Passier, de l’Université de Leyde, a évoqué les approches visant à réparer les cœurs défectueux à l'aide de cellules souches pluripotentes. La rencontre s’est achevée sur une visite guidée du Centre suisse des paraplégiques.


18.05.2010
Lieu: Maison de l’Université, Berne
Organisateur: PNR 63

Kick-Off Meeting

Le 18 mai 2010 a eu lieu le kick-off meeting du PNR « Cellules souches et médecine régénérative » (PNR 63). La manifestation a réuni l'ensemble des chercheurs impliqués dans les projets de ce programme. Elaine Dzierzak, professeur de biologie du développement à l'Université Érasme de Rotterdam, était invitée à y tenir une conférence.

Devant la cinquantaine de chercheuses et de chercheurs présents au kick-off meeting du PNR 63, Elaine Dzierzak a présenté quelques résultats de ses nombreuses années de recherche sur la formation et l'évolution des cellules souches du sang. Après une courte introduction sur la nature des cellules souches, le professeur Dzierzak s'est penchée sur le processus complexe de formation des cellules souches du sang. Le corps humain produit chaque jour des millions de nouvelles cellules sanguines, provenant toutes de cellules souches du sang.

Mme Dzierzak s'intéresse avant tout aux questions suivantes: Comment et où apparaissent les toutes premières cellules de ce type dans l'embryon? Quels sont les facteurs intervenant dans leur formation? Les recherches du professeur ont déjà abouti à un certain nombre de découvertes. Avec son équipe, elle a notamment démontré que les cellules souches du sang se formaient dans l'aorte dorsale à un moment bien défini du développement embryonnaire, mettant ainsi fin à une croyance longtemps accréditée, selon laquelle les cellules souches du sang étaient issues du sac vitellin.

Elaine Dzierzak porte un jugement plutôt positif sur l'avenir de la recherche sur les cellules souches. Selon elle, ce domaine de recherche s'est considérablement développé depuis l'an 2000. À l'instar de nombreux autres chercheurs, elle considère les cellules souches pluripotentes induites (iPS) comme une alternative prometteuse aux cellules souches embryonnaires. Nombre de questions restent néanmoins ouvertes en la matière, notamment les modifications génétiques des cellules iPS par rapport à la cellule parentale ou l'apparition de tumeurs. «Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant que nous puissions envisager une utilisation thérapeutique de ces cellules», a conclu le professeur Dzierzak.

Après des études à l'Université de l'Illinois, Mme Dzierzak a passé son doctorat à l'Université de Yale. Elle a ensuite travaillé comme chercheur auprès du Whitehead Institut for Biomedical Research ainsi que du National Institute for Medical Research à Londres.


© FNS 2014 | Wildhainweg 3, C.P. 8232, 3001 Berne | Tél. +41 31 308 22 22 | Impressum | imprimer la page | recommander cette page Lien vers le site web de la fondation "Accès pour tous" SNFWEB07