Problèmes juridiques et éthiques du don de cellules souches 

À l’avenir, on espère soigner bien des maladies à l’aide de cellules souches. Dans la plupart des cas, cela ne sera pas possible sans don et greffe. En prenant l’exemple du don de cellules souches hématopoïétiques, nous voulons étudier les problèmes éthiques et juridiques que cela implique.

Contexte
Les greffes de cellules souches hématopoïétiques (donnant naissance aux cellules sanguines) ont déjà sauvé nombre de vies humaines. Cette technique est déjà utilisée avec succès depuis des dizaines d’années, par exemple chez les patients atteints d’anémie ou de leucémie. Actuellement, 30 000 greffes de cellules souches hématopoïétiques sont réalisées chaque année de par le monde.
Lorsqu’un patient a besoin de nouvelles cellules sanguines, les donneurs entrant en ligne de compte sont d’une part les membres de sa famille, d’autre part l’un des près de 14 millions de donneurs de cellules souches hématopoïétiques qui se sont fait répertorier de par le monde. Mais on peut s’attendre à bientôt manquer de donneurs : le nombre de patients ayant besoin d’un don et de maladies soignées à l’aide de cellules souches hématopoïétiques augmente. De plus, les donneurs connus vieillissent et la relève est insuffisante.

Il est donc urgent de trouver de nouveaux donneurs. Mais comment faire? Et quels sont les droits du donneur? Faut-il qu’il sache qui reçoit ses cellules souches? Est-ce que cela fait une différence pour le donneur si le patient est lui-même responsable de sa maladie? Le donneur a-t-il alors le droit de retirer son don? Qu’en est-il d’un donneur auquel on a promis que son don sauverait de petits enfants, mais dont le don va finalement à un patient âgé de 70 ans? Quelle doit être l’ampleur de la protection du donneur? Ce ne sont que quelques questions parmi tant d’autres, de nature éthique ou juridique, qui se posent dans ce domaine.

But
Ce projet a pour but de nommer les problèmes éthiques et juridiques qui se posent dans ce domaine. Ensuite, nous voulons formuler des recommandations et des directives pour toutes les personnes impliquées dans ces processus. Il faut que le donneur soit protégé des abus et que la recherche ne soit pas soumise à des entraves inutiles.

Portée
Apporter des réponses aux questions ci-dessus est non seulement important pour le don de cellules souches hématopoïétiques, mais aussi de manière générale pour les greffes de cellules souches, que ce soit à l’avenir pour le traitement de patients atteints d’infarctus du myocarde ou de diabète.

Titre original: Mastering the legal and ethical challenges of present and future cell donation: Risk assessment and contingency to ensure donor protection as well as competitiveness of regenerative medicine in Switzerland

Octroi: CHF 300’000.-
Durée: 36 mois

Responsables du projet
- Dr Jörg Halter, Departement Innere Medizin, Universitätsspital Basel
- Dr Thomas Bart, Swiss Blood Stem Cells, Bern
- Prof. Alberto Bondolfi, Faculté de théologie et de sciences des religions, Université de Lausanne
- Yvonne Fischer, Swiss Blood Stem Cells, Bern
- PD Dr Urs Schanz, Klinik für Hämatologie, Universitätsspital Zürich
- Prof. Kurt Seelmann, Juristische Fakultät, Universität Basel

A ce sujet

Contact

Dr Jörg Halter

Universitätsspital Basel
Departement Innere Medizin
Petersgraben 4
4031 Basel
tél.: +41 61 265 25 25
e-mail: jhalter@hin.ch

Weitere Informationen 

© FNS 2014 | Wildhainweg 3, C.P. 8232, 3001 Berne | Tél. +41 31 308 22 22 | Impressum | imprimer la page | recommander cette page Lien vers le site web de la fondation "Accès pour tous" SNFWEB07